Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 05:51

Ils avaient décidé le vendredi soir alors qu’ils mangeaient, de ne pas parler de cette grossesse durant les deux jours suivants, mais évidemment ils n’avaient fait qu’en parler, durant toute la soirée. Des questions, des interrogations, des suppositions, du stress mais aussi des sourires en coin. Driss avait été parfait ! Julie ne pouvait pas penser autrement, il ne l’avait pas accablé de questions, ne l’avait pas non plus accusée de quoique ce soit, et à aucun moment, il n’avait tenté de trouver une échappatoire.

 

Le samedi matin, ils s’étaient promenés dans le centre-ville, sans but avec juste la volonté de se changer les idées mais c’était sans compter sur un nombre incalculable de femmes enceintes ou de mères derrière des poussettes croisées à chaque coin de rue. Au départ, ils firent comme si de rien n’était, Julie surtout, mais à chaque ventre rond, à chaque bébé dans une nacelle, Driss serait la main de Julie un peu plus fort ou la regardait du coin de l’œil. Julie quant à elle, tentait de cacher ses sentiments et le flot d’émotions qui la submergeaient. Elle avait peur d’en dire trop, elle ne voulait pas imposer un choix à Driss et aurait aimé qu’il lui dise ce qu’il voulait. Du coup, elle parlait beaucoup, à tort et à travers, faisant comme si elle ne voyait rien autour d’elle, ni Driss, ni les trop nombreuses mamans ou futures mamans.

La journée passa lentement, ils déjeunèrent à la terrasse d’un café puis se dirigèrent vers un parc où ils s’affalèrent sur un banc.  Ils évitèrent le sujet avec beaucoup de précaution, se protégeant l’un l’autre. Julie avait envie d’être à mardi, elle voulait se cacher sous sa couette jusqu’à l’heure du rendez-vous.

 

Le samedi soir, alors qu’elle préparait le repas, Driss s’approcha d’elle avec Bulle dans les bras. Le chaton ronronnait d’aise se laissant caresser de la pointe des oreilles jusqu’aux pattes. Julie mourrait d’envie de savoir ce à quoi Driss pensait. S’il arrivait à passer au-dessus de cette histoire et de tenir comme ils se l’étaient dit jusqu’au rendez-vous du mardi matin.

 

Elle sentait le regard du jeune homme peser sur elle, il avait envie de lui dire quelque chose mais il n’osait pas se lancer.

 

   - Tu fais ton timide ce soir ? lui dit-elle pour briser la glace.

   - C’est parce que je ne veux pas rompre notre promesse de ne pas parler de ce que tu sais, répondit Driss.

   - Si tu veux en parler, vas-y ! Je n’ai pas envie que l’on reste sur des non-dits, ou des secrets, Julie le fixait à présent.

   - Je sais bien, mais c’est difficile ! Je peux juste te donner mon avis ?

   - Evidemment, lui répondit-elle, la main crispée sur la table, Driss, lance-toi !

   - T’es sûre ! parce que je ne veux pas te mettre la pression, et je sais que l’on avait dit qu’on attendait mardi mais … Le jeune homme fit une pause, qui parut durer une éternité. Je n’arrête pas d’y penser. C’est trop tôt, on est au tout début de notre relation, j’ai un futur boulot sur Paris mais je suis sûre de mes sentiments et cet enfant avec toi, j’en ai envie.

 

Voilà, il l’avait dit, Julie pouvait souffler. Cet enfant avec Driss, elle le voulait. Mais lui imposer cette situation était juste impossible, elle souhaitait que la décision vienne de lui. Les larmes lui montèrent aux yeux, et la boule qui lui nouait le ventre depuis l’annonce de la veille s’envola comme par magie.

 

Driss attendait une réponse de sa part car lui ne savait pas ce qu’elle pensait. Julie inspira profondément pour contrôler ses larmes.

 

   - Je ne veux pas que tu te sentes piéger par cette grossesse et cette relation Driss.

   - Je ne me sens pas piégé, je suis heureux et j‘ai envie que l’on construise notre avenir ensemble. Tu sais le truc des contes de fée, « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »…

 

Driss s’avança et prit Julie dans ses bras après avoir déposé délicatement Bulle sur la table de la cuisine. La jeune femme n’arrivait plus à contenir ses larmes, elle savait que Driss avait pris sa décision en son âme et conscience. Il la serrait fort contre lui et l’embrassait sur la tête avec une extrême douceur.

 

  • Je t’aime, Julie lui dit-il dans un souffle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Donc?

  • : Quatrième de Couverture
  • Quatrième de Couverture
  • : Quand on me demande quelle est ma passion, généralement, je dis que je n'en ai pas... Mes étagères pleines de livres et mon ordinateur rempli d'histoires disent le contraire pourtant! J'adore lire, je dévore les livres, thriller, polar, chick-lit, roman à l'eau de rose, les BD, le journal de la ville et les règles du sudoku, rien ne m'échappe! L'écriture découle de cette passion, parce des histoires j'en lis pleins mais les écrire et les faire partager, c'est tout autant enrichissant, non?
  • Contact

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Aulivia1 sur Hellocoton
macaron-redactrices-vert-pomme-300px
Recommande par NM-1

Si Tu Ne Sais Pas Quoi Lire...

Propriété intellectuelle

Mes articles, mes textes ainsi qe leur mise en forme sont ma propriété exclusive!

Toute reproduction, modification, adaptation, retransmission ou publication, même partielle, de ces différents éléments est strictement interdite sans l'accord express de ma part. Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.3335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon pouvant engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur. En outre, les propriétaires des contenus copiés pourraient intenter une action en justice à votre encontre.